Analyse et conjoncture économique de la région Bretagne

L’Insee fournit une information intéressante sur l’origine géographique des fonctionnaires.


D’où viennent les fonctionnaires d’État en Bretagne ?
La Bretagne a comptabilisé 104 680 fonctionnaires (État, enseignement privé, établissements publics et poste) en 2008. Pour mémoire en 2002, le total était de 154 434. On a donc eu un recul de 31 % des fonctionnaires d’État. Ce recul a en parti été compensé par l’augmentation du nombre de fonctionnaires dans les collectivités locales, notamment avec les transferts de personnels.

Au total la Bretagne a vu le nombre total de fonctionnaires d’État reculer de 47 754 postes. Ceci illustre un mouvement de fond. Il s’agit d’un élément déterminant à moyen terme car le recul d’un côté (si l’on suit les politiques actuellement en place) va être de moins en moins compensé par l’augmentation de l’emploi public local (tensions sur les finances publiques locales)

L’Insee fournit une information intéressante sur l’origine géographique des fonctionnaires. Ainsi, on apprend qu’en Bretagne 60,9 % des fonctionnaires d’État sont nés en Bretagne. La région se place parmi les régions de tête loin devant la Corse et la région Paca (41,3 %) et le Languedoc-Roussillon (38,3 %). Le record est détenu par le Nord-Pas-de-Calais (79 %).

Equipe Bretagne Economie - Jeudi 21 Octobre 2010


Le nombre de chômeurs dans la région Bretagne progresse encore en août 2010. Le chômage de longue durée explose.


Nombre de chômeurs en Bretagne août 2010
Le nombre de chômeurs en Bretagne continue à croître en août 2010, mais au ralenti avec seulement +7 % sur un an, soit un niveau proche de la moyenne nationale (+7,1 %). La hausse revient sur ces niveaux plus modérés, après avoir connu des évolutions supérieures à +20 % sur l’ensemble du second semestre 2009 (pic à +22,3 % en août 2009). Les évolutions restent les pires que la Bretagne aient connu depuis 1998.

On compte en août 2010 en Bretagne 179 300 chômeurs de catégories A, B et C et 114 400 chômeurs de catégorie A.

L’une des grandes cicatrices laissée par la récession de 2008-2009 concerne les chômeurs de longue durée. Leur nombre progresse de près de +55 % depuis mi-2008 et on n’observe pas de mouvement de ralentissement pour cette catégorie pour l’instant. Pour les jeunes aussi le marché est difficile mais la progression du nombre de chômeurs n’est pas aussi calamiteuse.

Les offres d’emploi se sont bien reprises depuis le début de l’année 2010, ce qui explique aussi le ralentissement dans la progression du nombre de chômeurs. Toutefois, du côté des offres durables, la dynamique s’essouffle un peu sur le printemps. Le résultat de septembre sera déterminant pour juger de la force de la reprise de ce côté et donc de la possible inversion de tendance, avec une baisse pour le nombre de chômeurs.

Equipe Bretagne Economie - Mercredi 29 Septembre 2010


Encore une hausse du nombre de bénéficiaires des minima sociaux en Bretagne. Mais elle est moins rapide.


RSA Bretagne T2 2010 : la hausse continue mais faiblement
Le nombre de bénéficiaires des minimas sociaux en Bretagne progresse au T2 2010. Le nombre d’allocataires du RSA a progressé de 1,0 % sur le trimestre précédent, à 60 330 personnes contre 59 754 précédemment. Il s’agit du 4e trimestre consécutif de hausse périmètre constant. A noter que le RMI et de l’Allocation Parent Isolé (API) sont désormais totalement supprimés.

Pour les départements, on compte 10 632 allocataires du RSA en Côte d’Armor, 17 836 dans le Finistère, 18 247 en Ille-et-Vilaine et 13 615 dans le Morbihan.

Cette hausse des allocataires des minimas sociaux est à relier à l’état toujours très dégradé du marché du travail en Bretagne. La forte hausse en 2008 et 2009 du chômage, notamment de longue durée, a logiquement eu pour effet de pousser à la hausse les bénéficiaires du RSA en Bretagne (fin de droit).

La baisse du chômage au T2 2010, de 8,2 % à 7,9 % de la population active constitue une bonne nouvelle. Si elle persiste au cours des prochains trimestres, elle permettra « d’attaquer » le public du RSA. Rappelons toutefois que pour baisser le nombre de bénéficiaires du RSA (près de 5 % de l’emploi total) il faut que les créations d’emploi redeviennent fortes. Et ça, c’est pas gagné.

Bretagne Economie - Mercredi 15 Septembre 2010


1 2 3 4 5