Analyse et conjoncture économique de la région Bretagne

Le marché immobilier en Bretagne se reprend à la fois dans l’ancien et le neuf. Un bon point pour l’économie bretonne.


Transactions immobilières Bretagne août 2010 : forte tendance à la hausse
Les transactions immobilières en Bretagne en août 2010 progressent depuis début 2010. Si la variation est repassée en territoire positif, progressant de 11,3 % sur un an. Au total, on a compté pour près de 7,7 milliards € de ventes de biens immobiliers anciens et neufs (6,5 milliards € en janvier).

Transactions immobilières Bretagne août 2010 : forte tendance à la hausse
Pour les deux segments, neufs ou anciens, l’évolution du marché est positive. Comme le montre le graphique ci-contre, si les ventes de logements anciens en Bretagne ont redémarré plus tôt, désormais les logements neufs suivent le mouvement (en août on atteint respectivement 6,2 Md€ et 1,5 Md€).

Par rapport à la situation de l’immobilier au plan national, les transactions en Bretagne sont moins dynamiques.

Comme l’activité économique tirée de l’immobilier, soit la mise en chantier de logements et locaux, est principalement liée au neuf, ceci indique que l’activité dans la construction en Bretagne va stimuler l’économie. Un bon point pour l’emploi.

Bretagne Economie - Mardi 21 Septembre 2010


L’activité dans la construction en Bretagne reste scotchée au fond. Aucun mouvement de reprise ne se dessine encore.


Activité dans la construction en Bretagne en mai 2010 : toujours négatif sur les chantiers
L’activité dans la construction de logements en Bretagne continue de décevoir en mai 2010. Si les permis de construire* sont bien sur une tendance légère à la hausse depuis le printemps, les mises en chantier stagnent. On a comptabilisé 24 128 permis sur les mois en mai 2010, soit une hausse de 8,3 % par rapport à janvier. Les chantiers commencés sont eux restées au même niveau, avec 22 626 unités en mai 2010. Toutefois, les perspectives (permis de construire) semblent s’éclaircir un peu concernant l’activité dans la construction (mises en chantier).

Cette situation cadre assez bien avec la stagnation des ventes de logements neufs sur le premier semestre 2010, signe que l’idée de suivre les données sur les transactions en valeur a une réelle utilité.


Activité dans la construction en Bretagne en mai 2010 : toujours négatif sur les chantiers
Autre élément négatif, les surfaces de locaux autorisés ou mis en chantier sont eux aussi mal orientés (cf. graphique ci-contre). Ainsi, l’ensemble de l’activité de construction reste à la peine.

La Bretagne se comporte moins bien que la moyenne nationale, où la reprise dans la construction est lente mais présente

Ceci vient renforcer notre jugement sur les perspectives de l’emploi salarié en Bretagne La construction ne viendra pas renforcer les services marchands en tant que pôle de créations d’emploi à court terme.

* Toutes les données sont ici présentées en cumul 12 mois. Ainsi, les résultats de mai 2010 pour les permis correspondent à la somme sur les 12 mois précédent (mai compris). Ceci permet de lisser un peu les fortes volatilités et saisonnalités.

Bretagne Economie - Mercredi 30 Juin 2010


Le marché immobilier en Bretagne se reprend principalement grâce aux ventes de logements anciens. Un bon point pour l’immobilier, moins pour la construction.


Transactions immobilières en Bretagne en mai 2010 : la reprise continue dans l’ancien
Les transactions immobilières* en avril 2010 restent en recul en Bretagne, avec -4,7 % sur un an. Toutefois, la tendance est clairement à la reprise, comme le montre le graphique, les ventes de logements ayant progressé de 6,3 % depuis septembre 2009. Au total, on a compté pour près de 7,11 milliards € de ventes de biens immobiliers anciens et neufs (6.96 milliards € en avril).

Toutefois, entre les deux segments, l’évolution du marché reste contrastée. Pour les logements neufs en Bretagne, les transactions restent déprimées, avec encore un recul de 11,9 % en avril 2010. Sur les derniers mois, le niveau est resté plutôt stable.


Transactions immobilières en Bretagne en mai 2010 : la reprise continue dans l’ancien
En revanche, la reprise des ventes de logements anciens a été franche depuis l’automne 2009. La variation est revenue à -2,8 % contre -31,9 % en septembre 2009. Depuis septembre, les transactions dans ce segment ont progressé de 459 millions €. Ainsi, la reprise immobilière en Bretagne reste concentrée dans les biens anciens.

Comme l’activité économique tirée de l’immobilier (soit la mise en chantier de logement et locaux) est principalement liée au neuf, ceci est cohérent avec les données toujours négatives concernant l’activité dan le construction en Bretagne. Un mauvais point pour l’emploi et pas encore de signal d’amélioration.

* Les données reprises ici portent sur les droits de mutations en Bretagne (neuf : taxe d’hypothèques ; ancien : taxe normale). L’assiette est reconstruite par la CGEDD. Il s’agit du montant (nombre x prix). Ces données donnent la dynamique à l’œuvre sur le marché immobilier de la Bretagne. Les données sont cumulées sur 12 mois pour être lissées.

Bretagne Economie - Jeudi 10 Juin 2010


1 2