Analyse et conjoncture économique de la région Bretagne

L’enquête de confiance auprès des entreprises de Bretagne de la Banque de France continue de souligner la fragilité de l’industrie bretonne. Les services sont en reprise.


L’enquête de conjoncture pour le mois de mai en Bretagne continue d’envoyer des signaux ternes dans l’industrie. En revanche, pour les services – premier secteur en termes d’emplois avec 38,5 % des salariés – la tendance est positive.

Les principaux commentaires de l’enquête de conjoncture en Bretagne

Les passages en gras sont rajoutés

Industrie de biens intermédiaires

« La production a stagné. La demande globale s’est étoffée, les entrées de commandes progressant tant sur le marché intérieur qu’à l’exportation. Pour autant, l’étroitesse des carnets de commandes reste toujours d’actualité. Les stocks de produits sont bien maîtrisés. De nouveau, l’augmentation des prix des matières premières a été forte. Les prévisions font état d’un rebond mesuré de la production au cours des semaines à venir

Industries des biens d’équipement et de l’automobile

Dans les biens d’équipement, la production a augmenté. La demande globale s’est repliée du fait d’une contraction des entrées de commandes en provenance de l’étranger et du marché national mais, au total, l’appréciation portée sur le niveau des carnets est favorable. Les stocks de produits sont ajustés au niveau de l’activité Comme lors des derniers mois, un renchérissement conséquent des prix des matières premières a été relevé. Au cours des toutes prochaines semaines, la production devrait continuer à s’accroître à un rythme comparable.

Dans l’automobile, la production a été comparable à celle du mois précédent. La sous-utilisation des capacités productives s’est, une nouvelle fois, avérée importante. A brève échéance, la production devrait être reconduite sur des bases très voisines.

Industrie des biens de consommation

D’un mois sur l’autre, la production n’a pratiquement pas évolué. Le flux des livraisons s’est intensifié. La demande globale s’est sensiblement appréciée. Les carnets de commandes ressortent convenablement remplis. A bref délai, une reprise marquée des volumes produits est anticipée afin de regarnir des stocks de produits finis dont le niveau est jugé suffisant.

Industries alimentaires

En mai, la production s’est inscrite en baisse. La demande globale a été stable, les entrées d’ordres se maintenant tant en interne qu’à l’international. Ce mois-ci, l’appréciation sur le niveau des carnets de commande est redevenue négative et les stocks de produits finis sont considérés légèrement plus lourds qu’en avril. Une nouvelle fois, la hausse des prix des matières premières a été prononcée. A un horizon proche, la production devrait se redresser.

Services marchands

Sur le dernier mois, l’activité et la demande globale ont été stables. Aucune évolution des prix des prestations n’a été notée. Une nouvelle hausse des effectifs a été enregistrée. A court terme, les prévisions d’activités sont mieux orientées. »


Source : Banque de France

Bretagne Economie - Mercredi 16 Juin 2010