BCE / Liquidité : Les banques italiennes utilisent les prêts à la BCE pour se désendetter


En Italie, la montagne de liquidité injectée par la BCE sert en priorité aux banques à rembourser leurs dettes sans être obliger de se refinancer. Ceci permet de renforcer le système bancaire mais ne permet pas pour l'instant de stimuler l'économie réelle.



BCE / Liquidité : Les banques italiennes utilisent les prêts à la BCE pour se désendetter
Les banques italiennes utilisent le cash distribué par la BCE pour se désendetter et améliorer leur ratios réglementaires. La politique de distribution de la liquidité de la banque centrale stabilise dont le système bancaire mais pas (encore ?) à financer l'économie réelle.

Unicredit (près de 2 milliards d'euros de rachats), Intesa Sanpolo (près de 4 milliards d'euros) et Banco Popolare procède en effet à des opérations de rachat de leur dette émise sur les marchés financiers, ce qui permet d'améliorer leur ratio réglementaire. En effet, ces rachats sur les marchés permettent de renforcer les ratios de fonds propres via l'impact positif sur le bénéfice.

Les banques italiennes rachètent la dette émise (obligations) à un prix inférieur à leur valeur nominale (valeur faciale de l'obligation, celle qui est inscrite au bilan) du fait de la baisse des cours sur ces actifs financiers depuis plus de 2 ans. Ces opérations permettent donc de générer une plus-value car elle permet d'effacer la dette émise du bilan tout en remboursant moins que prévu (pour faire simple plus-value = valeur à l'émission - valeur au rachat). Les bénéfices générés renforcent directement les fonds propres des banques.

Les établissements bancaires peuvent se permettre ce genre d'opération qui nécessitent beaucoup de cash (pour racheter les obligations directement sur le marché sans refinancement) car elles disposent de liquidité en large excès.

La BCE accordent des prêts jusqu'à 3 ans sans autre limite que la demande des banques, permettant ainsi au système bancaire de la zone euro de disposer de 636 milliards d'euros de prêts (dont 489 milliards à 3 ans) à un taux de 1 %. Actuellement, près de 500 milliards d'euros de cette liquidité est stocké à la BCE par les banques (cf. graphique ci-dessus). Les banques italiennes représentent le tiers des prêts accordés (210 milliards d'euros fin décembre).

Le côté positif de l'affaire est que cette liquidité permet de renforcer le système bancaire du pays et de limiter le besoin de recapitalisation. Le côté obscur est que cette montagne de cash ne sert pas à financer l'économie via du crédit ou une politique d'achat d'obligations d'Etat. On reste dans un mouvement de réduction du bilan bancaire compatible avec l'apparition d'un credit crunch.

L'Équipe Gecodia.fr

Mardi 7 Février 2012